Un Organigramme renversé ! Ça sert à quoi ?

Par Christophe Collignon, dirigeant d’IMATECH

Qu’est-ce qu’un organigramme dans une entreprise libérée ?

Un organigramme est habituellement un schéma descendant hiérarchique qui représente les relations entre les différentes parties de l’entreprise.

«La pyramide hiérarchique correspond d’un point de vue mathématique à une arborescence linéaire. Elle relie les éléments d’un ensemble avec le minimum de relations. Or nous sommes dans un monde où le nombre de relations par intervenant augmente de manière exponentielle. Notre modèle pyramidal n’est donc absolument pas adapté à ce monde complexe. Il faut créer un modèle où le nombre d’interactions entre les éléments est maximum et non minimum. Cette figure mathématique correspond à une organisation en réseau ». Marc HALEVY – Physicien – Prospectiviste – Philosophe

Chez IMATECH, nous avons calqué notre organigramme sur notre vision : le client est au centre et les collaborateurs de l’entreprise se déploient tout autour.

Que nous apporte un schéma organisationnel différent d’une pyramide ?

LE SENS : Donner du sens à cette aventure humaine qu’est l’entreprise, en mettant la vision et le client au centre de l’organisation.

L’EGALITE :

  • Affirmer que chacun compte égalitairement pour servir la vision de l’entreprise et le client. (Cf. Vineet NAYAR -Employees first, Customers second – 2011).
  • Faire ressortir la capacité d’action de chacun, sans placer des personnes au-dessus, ou en dessous des autres.
  • « Créer l’entreprise des pairs, pas celle du père » Isaac Getz – Liberté et Cie
  • Signifier que ce sont les unités de production qui délivrent le service et qui facturent. Ces unités doivent être en relation directe avec le client. Il faut prôner sans organiser, les opérateurs savent parfaitement s’organiser quand ils savent pourquoi. (Cf. Concept de mini usine de FAVI – Jean-François ZOBRIST)
  • « Pour que les productifs ne soient plus contraints de mendier le pourquoi, le présent, le bon sens ». « Le diable est dans les cloisons ». Jean-François ZOBRIST

LE COLLABORATIF :

  • Exprimer la collaboration et non pas la compétition, que l’entreprise est une communauté de destins individuels.
  • Promouvoir la coopération, l’organisation en réseaux et l’intelligence collective comme sources d’ajustement permanent à un environnement évolutif. (cf. Michel HERVE & Thibaud BRIERE – Le pouvoir au-delà du pouvoir – L’exigence de démocratie dans toute organisation- 2012).
  • Construire un modèle sur la satisfaction et l’envie des salariés, en mettant en avant la collaboration plutôt que la performance individuelle. (cf. Eric ALBERT – Partager le pouvoir, c’est possible – Réinventer l’entreprise – 2014)

NOS CLIENTS :

  • Affirmer que le client est l’objectif principal de notre organisation, dont le but est de le servir de la meilleure manière possible. Sans client pas d’entreprise.
  • Signifier que les salariés sont au service des clients, pas de la techno-structure. Que la direction et les services support sont bien au service de la production. Et pas l’inverse.

Pourquoi la pyramide traditionnelle ne nous convient pas ?

Parce que la pyramide ne décrit que des relations hiérarchiques et qu’elle induit plusieurs biais :

  • Elle place le dirigeant en haut et schématise de fait le pouvoir. Le pouvoir SUR versus le pouvoir POUR. Cela induit l’idée qu’il faille travailler pour le dirigeant et non pour les clients.
  • Elle induit qu’il y a des personnes au-dessus des autres, des personnes plus importantes que d’autres. Ce qui est souvent accentué par les signes de pouvoir et les privilèges dans l’entreprise….et même par la sémantique : cadre supérieur induit-il qu’il existe des cadres inférieurs?
  • « L’égo est le premier destructeur de valeur dans une entreprise. » Alp ALTUN – Directeur Général Transformation & Clientèle, AIG (groupe british Airways).
  • « Il faut bien distinguer ceux qui mettent leur égo au service leur entreprise (YSL, Steve Jobs, E Musk) de ceux qui mettent leur entreprise au service de leur égo » Idriss ABERKANE – Libérez votre cerveau
  • « Le rôle de la bureaucratie, c’est de mettre un maximum de distance entre le preneur d’un risque et le receveur de ces conséquences » Nassim NICHOLAS TALEB – Mathématicien, essayiste – Le cygne noir
  • Elle limite chacun à une case. Elle limite la représentation des liens transverses, et imagine mal plusieurs métiers en parallèle pour la même personne.
  • Elle fige une relation hiérarchique en cascade au lieu de prôner l’efficacité par situation. Elle n’est pas adaptée à la complexité des interactions internes et externes à l’entreprise, et répond mal à la théorie du chaos rencontré dans tous les marchés « ubérisés ». Konosuke MATSUSHITA va plus loin et décrète :  » Nous gagnerons et l’occident industriel perdra parce que vos entreprises reposent sur le modèle du Taylorisme. Pour vos esprits, c’est pire encore : Vous êtes persuadés de bien faire fonctionner vos entreprises en distinguant d’un côté les chefs, de l’autre les exécutants ; d’un côté ceux qui pensent, de l’autre ceux qui vissent. Le monde économique est devenu si complexe et si difficile, la survie des entreprises si périlleuse et pleine de danger, qu’elle exige la mobilisation, au jour le jour, la moindre parcelle d’intelligence de tous« . 1985 – past CEO – National / Panasonic/Technics

Conclusion : il me semble bien que notre organigramme soit dans le bons sens.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s