Le bestiaire de la libération 2 : le parcours d’une grenouille intrapreneuse

Il était  une nouvelle fois, dans le monde imaginaire de la Libération, une assemblée de grenouilles sur le point d’organiser une course.grenouille

L’enjeu est de taille : être la première à atteindre le sommet d’une très grande tour.

Des tas de grenouilles, de poules, de chevaux et de renards sont venus pour voir et soutenir les concurrentes.

Pleines de courage et de motivation, les candidates se placent sur la ligne de départ et commencent à grimper.

Mais très vite, les chevaux spectateurs se mettent à faire des commentaires désobligeants : “Elles n’y arriveront jamais !”, “Elles sont bien trop lentes !

Au bout de quelques minutes, certaines grimpeuses se sentent démotivées et quittent la course. D’autres succombent à la fatigue et préfèrent s’asseoir pour regarder celles qui continuent.

Les renards relancent les commentaires hautains : “Pour qui se prennent-elles, si c’était possible, nous l’aurions déjà fait !”,  “On n’a jamais vu pareille sottise, les grenouilles ne sont pas faites pour grimper !

Les petites concurrentes malgré leur courage, commencent à mesurer les difficultés de leur projet. Elles quittent la course l’une après l’autre.

Toutes. Sauf une.

Elle grimpe lentement, sans relâche, tandis qu’autour d’elle les commentaires se font de plus en plus insistants : « Descends, tu n’y arriveras jamais ! ». « Ce que tu es ridicule ! ».

Pourtant, inlassablement, la petite grenouille continue à avancer.

Après un énorme effort, elle finit par gagner le sommet. Toutes se précipitent autour d’elle pour savoir comment elle a fait pour réaliser ce que personne au monde n’a encore jamais fait. L’une d’entre elles s’approche pour lui demander sa recette.

C’est alors qu’elle découvre que la petite championne est sourde…et qu’elle a pu se surpasser grâce à tous les « encouragements » de la foule !

Cher lecteur, si d’aventure cette histoire venait résonner avec quelques situations vécues en entreprise, voici quelques pistes d’action :

  • Recevez toute idée comme un cadeau 
  • Ne portez aucun jugement de valeur sur l’idée proposée par un collaborateur
  • Basez votre management sur la confiance et le discernement

Merci à la participation involontaire du roman :

 

 

 

 

Marielle Thomas, ambassadrice de la libération

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s