NOS BELLES HISTOIRES #19 : C’EST CELUI QUI SAIT QUI FAIT !

#19 Guillaume BrocqAprès 3 ans d’engagement dans notre démarche de libération, le Chemin de la Confiance, voici venu le temps d’écrire nos belles histoires.

Nous, collaborateurs IMATECH avons envie de vous raconter notre vécu et de vous transmettre notre expérience.

Voici donc le challenge relevé par Guillaume Brocq, technicien informatique chez IMATECH depuis 4 ans.

Lorsque je rencontre Guillaume pour qu’il me raconte sa belle histoire, je découvre une personne pleine de bon sens dont les principes premiers de la libération sont depuis longtemps bien intégrés. L’autonomie, la confiance, la prise de décision, la réactivité et l’agilité sont pour lui des évidences.

Je soupire d’aise. Voilà, nous y sommes. Notre ADN a muté et certains fondamentaux font partie de notre génétique.

Son histoire démarre avec le projet urgent d’externalisation du niveau 1 du support informatique d’un client. L’urgence est telle que la phase préparatoire complète du projet ne peut excéder 5 semaines – un délai très court dans notre métier.

Le challenge est de taille : il consiste à s’immerger totalement chez le client pour comprendre son fonctionnement, ses outils, le périmètre utilisateur,… puis concevoir le pack formation à dispenser auprès de l’équipe de production, construire les bases documentaires, adapter l’outil de consignation pour historiser, monter et tester les interfaces techniques avec notre client…

Guillaume s’arrête de raconter. Il conclue déjà que tout s’est parfaitement bien déroulé, la mise en place s’est faite à temps et le client est content. Il se tient devant moi, tranquille et serein. Je l’entends presque me demander pourquoi je m’intéresse à son histoire…

Alors, je me mets à lui raconter sa belle histoire.

Ce qui est formidable dans ce que tu as réalisé, d’abord seul et ensuite en équipe, c’est la manière dont le projet a été mené. Tous ensemble, vous avez parfaitement illustré le principe de subsidiarité, à savoir c’est celui qui sait qui fait. Et cela à 2 niveaux :

  • Au niveau du client avec tes échanges auprès des techniciens
  • Au niveau de votre équipe et de votre façon de créer les process entre vous avec bon sens et rapidité.

Quand tu es arrivé chez le client pour la phase d’immersion, tu as demandé à rencontrer immédiatement les personnes qui assumaient la mission qui allait être externalisée. C’est directement auprès de ceux qui faisaient que tu es allé te renseigner et te former. Tu as privilégié l’essentiel. De technicien à technicien, une relation de confiance s’est naturellement installée. Pas de rétention d’information. Au contraire, des astuces, des conseils sont prodigués.

Certes, ces techniciens accueillaient positivement l’externalisation d’une partie de leur travail pour leur permettre de mener d’autres projets, mais ils avaient à cœur de transmettre convenablement leur savoir-faire.

En respectant tout ce qu’ils avaient construit, tu as su leur donner envie de transférer totalement leurs compétences. C’est une belle qualité Guillaume que celle de savoir faire adhérer des personnes à un projet.

Ensuite retour chez IMATECH. Toujours autonome, tu restitues ce que tu as compris, tu t’affranchis du service formation interne à l’entreprise et tu construis ton pack formation tel que tu aurais voulu le recevoir. Toujours de technicien à technicien, la formation passe bien. L’équipe a toutes les informations pour démarrer et sait que son expertise est attendue pour affiner les process d’assistance. Régulièrement chacun participe aux séances de débriefs : vécu, bon sens et intérêt client orientent vos réflexions et remarques. Au fil du temps, tout se cale facilement.

Tout au long de cette démarche, vos responsables vous ont laissé libres et totalement autonomes. Ils se sont assurés de loin du bon déroulé et de la bonne gestion du projet.

C’est remarquable, tant par leur posture de confiance absolue que par votre capacité à monter, ajuster ce projet.

D’ailleurs, Karine Liénard, manager de Guillaume enchaine :

« Pour la mise en place de ce nouveau client, Guillaume a pris les choses en main. Il a tout géré. Il est allé chez le client, a rédigé le pack de formation, a établi le planning. Le projet se déroulait tellement bien que je suis même partie une semaine en vacances. Le jour du démarrage, Guillaume était là à 7 h 30 et tout à très bien fonctionné.

Avant la démarche de libération, comment cela se serait-il passé ?

J’aurais passé beaucoup de temps sur le projet, j’aurais organisé moi-même les formations, les plannings, etc. Résultat, j’aurais annulé ma semaine de vacances.

Auparavant, un projet, c’était un manager. Là, j’ai pu « oublier » ma mission de manager et j’ai eu la satisfaction de voir émerger dans mon équipe des personnes qui avaient l’envie de participer à des projets. C’est vraiment chouette. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s