La désobéissance, un des leviers de la libération en entreprise?

Article rédigé par Marielle Thomas, en collaboration avec Sylvain Loubradou.

Que l’on soit adulte ou enfant, nous avons tous appris que désobéir est un acte désapprouvé et sanctionné.

Rares sont ceux qui ont été éduqués dans une démarche volontaire de remise en cause des règles établies. Cela ne signifie cependant pas que nous soyons aveugles ou résignés face à des situations aberrantes puisque nous sommes capables de mettre beaucoup d’énergie à râler… entre nous. Mais de là, à aller plus loin… c’est déjà plus compliqué.

Alors justement, qu’est-ce qui va déclencher la désobéissance ?

L’une des causes premières est la souffrance. Une souffrance face à une situation qui bafoue les valeurs personnelles voire intimes. Une immense émotion qui grandit jusqu’à atteindre le point de bascule vers la désobéissance.

Sylvain Loubradou parle d’une balance avec d’un côté le niveau de souffrance perçue et de l’autre le coût d’action de la désobéissance. A partir du moment où la perception de la souffrance est supérieure à son coût, la désobéissance peut s’exprimer.

La désobéissance peut également se déclencher face à une situation qui heurte nos idéaux de plein fouet et qui nous est totalement inacceptable.

Dans l’entreprise, les actes de désobéissance sont finalement assez rares. S’ils sont conduits par l’énorme charge émotionnelle qu’ils soulèvent, ils évoluent en pétage de plomb, en manifestation hystérique qui transforme souvent son auteur en victime idéale.

Or, la désobéissance au service du collectif est un acte positif qui permet à l’entreprise et plus largement à la société de redonner du sens à nos actions et engagements.

Quelles sont les qualités requises pour désobéir ?

En tout premier lieu, Sylvain recommande de garder son âme d’enfant, cette capacité à s’indigner face à l’injustice, à la bêtise ou l’incohérence. Avoir suffisamment de recul et de discernement pour jauger la situation qui nous choque et la révéler.

Pour cela, le courage sera nécessaire. Le courage de s’exposer et de s’exprimer. Car la désobéissance induit la sanction. Pour l’éviter ou la minimiser, il faudra garder son sang-froid et avancer avec méthode dans ce processus.

  • Rester dans le factuel. Le plan d’action doit se nourrir de la charge émotionnelle de départ et non être conduit par l’émotion. Il va s’élaborer dans l’observation de son environnement.
  • Trouver des alliés. Il est important d’amener les autres à prendre conscience du problème soulevé pour ensemble réfléchir. L’énergie sera focalisée sur la recherche des causes de la situation et non sur la recherche de coupables.

Le manager devra être capable de changer son regard : se centrer sur le client, sur le collaborateur selon le contexte. Apprendre à regarder le même problème avec des points de vue différents.

Une des techniques pour avancer est la méthode des 5 Pourquoi.

Par exemple : pourquoi suis-je obligé de suivre cette procédure idiote qui me contraint et dessert le client ?

  • Parce qu’ainsi nous respectons notre démarche qualité
  • Parce que cela permet d’avoir cette statistique de production
  • Parce que nous faisons des économies

Maintenant recherchez le pourquoi de chaque réponse et répétez le processus jusqu’à descendre à 5 niveaux de pourquoi.

Cette méthode efficace permet d’isoler les véritables causes de la question première et d’apporter des propositions de changement.

Enfin, l’acte de désobéissance doit apporter du rêve. Dans l’entreprise, l’acte de désobéissance collectif permettra de redonner du sens à son travail, de la fluidité et de la cohérence, de la confiance et du plaisir.

D’ailleurs, s’il n’y a pas de sens à l’acte de désobéissance c’est que celui-ci est certainement strictement individualiste et non collectif…

Concrètement, comment instaurer la désobéissance comme modalité de fonctionnement ?

Du côté du manager, Sylvain recommande de s’entrainer dans sa propre sphère d’influence. Commencer par instaurer le droit à la désobéissance à ses équipes tout en les assurant de les couvrir quoi qu’il arrive.

Il est important d’apprendre de l’expérience que l’on vient de vivre. Pour cela, les techniques rétrospectives qui permettent de faire le bilan pourront être utilisées. Ensuite ce sera le moment de rendre la situation collective.

Par exemple, travailler sur la remise en cause des règles de fonctionnement. Laisser les équipes rédiger leurs propres règles. Le manager change de posture et devient le garant des règles établies et affichées. Régulièrement, les règles évoluent en fonction de l’actualité et des nouvelles idées.

A partir de ce moment, le processus de désobéissance fait place à celui de la confiance où la parole est libérée et l’écoute activée.

Chacun est ainsi respecté dans le collectif et celui-ci s’améliore des idées de tous.

La démarche de libération qu’IMATECH vit depuis maintenant 3 ans porte en elle les germes de la désobéissance aussi bien à l’intérieur de l’entreprise qu’à l’extérieur :

  • Nous renversons les mécanismes de compétition pour favoriser des mécanismes collectifs,
  • Nous nous attachons à créer un fonctionnement collaboratif,
  • Nous souhaitons que chacun trouve sa place. La notion de gagnant/perdant n’existe pas.

Nous sommes bien engagés dans une volonté de changer l’ordre établi.

Visionnez la vidéo de Sylvain Loubradou parlant de désobéissance

 

 

2 réponses à “La désobéissance, un des leviers de la libération en entreprise?

  1. C’est à l’event « La machine à innover » que j’ai découvert le talentueux Sylvain Loubradou. Je me rappelle très bien de cette image des employés enfermés sous une jolie vitrine, leurs ailes fixées avec des épingles, le lien avec le collectionneur de papillons.
    Lors d’un entretien avec Thom Verheggen, celui-ci a sauté sur l’occasion pour reproduire le lien papillons – employés dans son ouvr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s