Nos belles histoires #2 : la confiance comme postulat de fonctionnement au service achats

Après 3 ans d’engagement dans notre démarche de libération, le Chemin de la Confiance, voici venu le temps d’écrire nos belles histoires. Nous, collaborateurs IMATECH avons envie de vous raconter notre vécu et de vous transmettre notre expérience.

Poursuivons avec Emilie Maussion, acheteur chez  IMA Technologies depuis 2005

En fluidifiant les processus d’achats, la démarche de libération permet de consacrer davantage de temps à l’innovation et autres choses passionnantes

emilie maussion acheteur chez imatechAvant la démarche de libération, les procédures d’achats étaient dictées par la certification. Elles étaient très cadrées, très normalisées. Entre l’émission du besoin d’un collaborateur et l’achat final, s’intercalaient de nombreuses validations et signatures qui pouvaient suivre un parcours plus complexe en fonction du montant.

Puis la libération est arrivée avec la confiance comme postulat de fonctionnement. Partant du principe que nous sommes tous adultes et responsables, pourquoi devrions-nous justifier nos achats fonctionnels ? Avons-nous réellement besoin de plusieurs signatures pour valider l’achat d’une chaise ou d’un PC ?

Cette nouvelle liberté a créé un certain flou artistique au service achat. Du jour au lendemain, chacun a pu exprimer ses besoins, procéder à l’acquisition et se faire rembourser sur simple note de frais.

Pour notre service, cela a été assez déstabilisant. Nous nous sommes interrogés sur notre légitimité. Si nos collègues sont autonomes dans leur acte d’achat, à quoi servons-nous ? Que devient la fonction Achats ?

Et puis, progressivement, nos collègues se sont rendu compte que ce n’était pas si simple, qu’il y avait, par exemple, des problèmes de maintenance à résoudre. Ils sont tout naturellement revenus vers nous.

Aujourd’hui, notre fonctionnement s’est profondément allégé. Toute personne peut nous adresser une demande. Nous faisons confiance à nos collègues pour la pertinence de leur besoin et n’avons plus à courir après les signatures des responsables hiérarchiques. Nous sommes désormais très autonomes dans notre décision d’achat, nous jouissons d’une liberté de fonctionnement très confortable.

En conséquence, la libération a changé mon métier. Auparavant, nous mutualisions au maximum nos achats dans une recherche économique. Aujourd’hui, nous nous sommes aperçus que ce qui était important, c’était d’aller vite. De ce fait, nous achetons davantage sur internet, à de bonnes conditions, en utilisant la carte bancaire de l’entreprise. Ce qui a été une révolution chez IMATECH.

La libération a fluidifié nos procédures d’achat d’où un gain de temps que je consacre à l’innovation en participant au Lab d’innovation ou en écrivant des articles pour le blog . Bref, des actions passionnantes. Quand nous avons la confiance de notre hiérarchie pour prendre des décisions, nous nous sentons responsable, nous innovons et cela rend notre fonction encore plus intéressante.

2 réponses à “Nos belles histoires #2 : la confiance comme postulat de fonctionnement au service achats

  1. Pingback: Entreprise libérée et le service achat ? |·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s