Révolution à la Sécu du Gouvernement fédéral belge

Extrait d’une interview avec Frank van Massenhove, patron de la Sécurité Sociale du gouvernement fédéral belge (élu manager d’état de l’année). L’échange, très intéressant, traite du temps et de l’autonomie dans la gestion du temps qu’il (re)donne aux collaborateurs, et sur son management.

Par Henri Van de Kraats (IMABenelux) – traduction rapide

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAIci nous avons commencé à supprimer la pointeuse. Elle véhicule l’idée que le seul lieu de travail serait le bureau, un axiome dans beaucoup d’entreprises.

La plupart des personnes n’étaient guère heureuses avec cette pointeuse. Elles la ressentaient comme un restant du taylorisme, décrétant que les salariés doivent être physiquement présents dans l’entreprise pendant un minimum d’heures. Ce qui compte vraiment ce sont les résultats de chacun, cela n’a rien à voir avec une pointeuse.

Les collaborateurs étaient assis pendant huit heures, prenaient une heure de pause déjeuner, et passaient deux heures dans les transports. 11 heures par jour bloquées, sans marge pour autre chose ; un appel privé, une pause toilette ou une cigarette. Telle était la règle.

Nous donnons de la liberté aux gens, et ils travaillent quand ils sont concentrés. On leur rend plusieurs heures par jour, ce qui est énorme. Et beaucoup plus attractif qu’une augmentation de salaire.

Le manager est devenu un coach, un accompagnateur, et on quitte la fonction de contrôleur et dispatcheur d’ordres.

on rend les gens heureux

Les managers classiques éprouvent beaucoup de difficultés à lâcher le contrôle, car ils pensent à tort que leur fonction consiste à contrôler leurs collaborateurs. Le manager doit tout savoir, être le plus malin par exemple. Ici ce n’est pas ainsi. Ici le manager mettra les plus malins dans un groupe pour trouver des solutions à tel ou tel souci. Les managers ont peur de renoncer aux signes extérieurs, le plus grand bureau, plus de fenêtres, la voiture de société la plus impressionnante. Et bien, ici personne n’a un bureau. Moi non plus.

Cela déconcerte, mais je veux rendre les salariés heureux. Pas parce que j’aime à ce point l’être humain, non, simplement parce que les gens heureux font mieux leur travail, plus de motivation, d’efficacité.

Le télétravail : on le critique beaucoup et en mettant en avant l’isolement social. C’est le contraire qui est vrai : les salariés qui travaillent à domicile se rencontrent quand ils se rendent au bureau, ils discutent, prennent des rendez-vous.

Il y a une différence énorme entre la flexibilité par rapport à une organisation et la flexibilité vis-à- vis des gens qui y travaillent. La flexibilité imposée provoque des burn-outs, la flexibilité auto- gérée ne provoque que du bonheur.

Le management hiérarchique rend aveugle aux problèmes.

Les gens ne les signalent plus, à la limite ils en parlent devant la machine à café ou alors ils tombent malade, ils deviennent le poison de l’entreprise. Car les problèmes ne sont plus des problèmes, ils sont considérés comme une critique du management, et donc on garde le silence. Car le manager étant forcement le plus malin, il gère seulement avec autorité. Moi je pose surtout des questions, je laisse s’installer un consensus sur la démarche que l’on aura. Mais nous ne sommes pas des êtres rationnels et donc la solution la plus rationnelle n’est pas par définition la meilleure. On peut donc réussir ou rater la chose. Si c’est une réussite, les gens ont travaillé d’une façon fantastique. Si ça ne marche pas, alors j’ai pris une mauvaise décision et nous essayons de trouver une solution alternative. Dans beaucoup d’organisations c’est l’inverse : réussite = manager brillant, dans le cas contraire on ouvre des parapluies et on cherche des boucs émissaires.

C’est un changement total dans le management. Se comporter différemment avec les personnes, et apparemment cela provoque une panique monstre chez les managers classiques.

Le temps, c’est l’argent d’aujourd’hui.

Conférence de Frank Van MassenhoveÉcoutez la conférence de Frank Van Massenhove

 

2 réponses à “Révolution à la Sécu du Gouvernement fédéral belge

  1. Pingback: Conférence de Frank Van Massenhove | Le Chemin de la Confiance·

  2. Pingback: IMA Technologies, étude sur une entreprise libérée par audencia | Le Chemin de la Confiance·

Les commentaires sont fermés.